Tierce opposition en copropriété : les recours possibles

La tierce opposition en matière de copropriété est un sujet complexe qui soulève de nombreuses interrogations. En tant que copropriétaire, il est important de connaître les recours possibles face à une décision prise par le syndicat des copropriétaires qui vous semble injuste ou irrégulière. Cet article vous éclaire sur les différentes démarches à envisager pour faire valoir vos droits.

Comprendre la tierce opposition en copropriété

Le terme tierce opposition désigne, en droit français, une procédure spécifique permettant à une personne non partie à un jugement de contester sa régularité ou son bien-fondé. Dans le cadre d’une copropriété, elle peut être utilisée lorsqu’une décision prise par l’assemblée générale des copropriétaires lèse les intérêts d’un ou plusieurs copropriétaires n’ayant pas pris part au vote.

Pour pouvoir exercer une tierce opposition, il faut tout d’abord que la décision contestée ait été prise lors d’une assemblée générale. Ensuite, il faut que le copropriétaire concerné n’ait pas été présent lors de cette assemblée ou qu’il n’ait pas été représenté par un mandataire.

Les motifs de tierce opposition en copropriété

Il existe plusieurs motifs pouvant donner lieu à une tierce opposition en matière de copropriété :

  • L’irrégularité de la convocation : si un copropriétaire n’a pas été convoqué à l’assemblée générale ou si la convocation présentait des irrégularités (absence d’ordre du jour, délai de convocation trop court, etc.), il peut contester les décisions prises lors de cette assemblée.
  • L’absence de représentation : un copropriétaire qui n’a pas pu assister à l’assemblée générale et qui n’avait pas donné procuration à un mandataire peut invoquer ce motif pour exercer une tierce opposition.
  • La violation des statuts ou du règlement de copropriété : si une décision prise lors de l’assemblée générale est contraire aux statuts de la copropriété ou au règlement en vigueur, un copropriétaire lésé peut exercer une tierce opposition.
A lire également  Défaut d'assurance décennale : les enjeux et les conséquences

Les démarches à suivre pour exercer une tierce opposition

Pour engager une procédure de tierce opposition en matière de copropriété, plusieurs étapes doivent être respectées :

  1. Informer le syndicat des copropriétaires : dans un premier temps, il est indispensable de faire part de votre intention d’exercer une tierce opposition au syndicat des copropriétaires. Cette démarche doit être effectuée par écrit, en recommandé avec accusé de réception.
  2. Saisir le tribunal compétent : ensuite, vous devez saisir le tribunal compétent pour statuer sur votre demande de tierce opposition. Il s’agit généralement du tribunal de grande instance (TGI) du lieu où se situe l’immeuble concerné. La saisine doit être effectuée par voie d’assignation, c’est-à-dire en faisant délivrer une assignation par un huissier de justice.
  3. Respecter les délais : la tierce opposition doit être exercée dans un délai de deux mois à compter de la notification des décisions contestées. Ce délai peut être réduit à un mois en cas d’urgence.

Il est important de noter que la procédure de tierce opposition est soumise au respect des règles de procédure civile. En conséquence, il est fortement recommandé de vous faire assister d’un avocat spécialisé en droit immobilier pour vous accompagner tout au long du processus.

Les conséquences d’une tierce opposition réussie

Si votre tierce opposition est jugée recevable et fondée, le tribunal annulera ou réformera la décision contestée. Cette annulation ou réformation ne concernera toutefois que les copropriétaires qui ont exercé la tierce opposition, et non l’ensemble des copropriétaires.

Ainsi, si plusieurs copropriétaires sont lésés par une même décision et souhaitent obtenir son annulation ou sa réformation, ils devront chacun exercer une tierce opposition individuellement. Néanmoins, ils pourront se regrouper pour agir conjointement devant le tribunal et partager les frais de procédure.

A lire également  Les règles applicables en matière de révision de la copropriété

En résumé, la tierce opposition en copropriété est un recours qui permet aux copropriétaires lésés par une décision prise en assemblée générale de contester celle-ci devant le tribunal compétent. Cette procédure, soumise à des conditions strictes et encadrée par des délais précis, nécessite l’assistance d’un avocat spécialisé pour mettre toutes les chances de votre côté et obtenir gain de cause.